L’humain est-il fait pour faire du sport tous les jours ?

par | 18 Juil 2022 | Etudes & Informations, Nutrition, Optimisation Santé | 0 commentaires

Nos sociétés sont devenues obsédées par la pratique quotidienne d’une activité physique. Faire du sport tous les jours, c’est bien commercialisé et popularisé. La marche, le jogging et de nombreuses autres formes d’exercice sont gratuits, mais des entreprises hyperpuissantes nous incitent à dépenser beaucoup d’argent pour nous entraîner avec des vêtements spéciaux, des équipements spécifiques […]

9 min de lecture

Nos sociétés sont devenues obsédées par la pratique quotidienne d’une activité physique. Faire du sport tous les jours, c’est bien commercialisé et popularisé. La marche, le jogging et de nombreuses autres formes d’exercice sont gratuits, mais des entreprises hyperpuissantes nous incitent à dépenser beaucoup d’argent pour nous entraîner avec des vêtements spéciaux, des équipements spécifiques et dans des lieux spéciaux comme les clubs de fitness.

D’un autre côté, par exemple, si je ne fais pas d’exercice, si je reste assise toute la journée sans rien faire, j’ai honte, je culpabilise d’être paresseuse. Si tu ressens la même chose, laisse-moi te dire la réalité : nous n’avons jamais évolué pour faire du sport tous les jours. Si on nous donnait le choix entre se détendre dans un canapé ou aller courir, la plupart d’entre nous choisiraient avec plaisir le canapé. En fait, c’est une tendance de notre évolution.

L’exercice nous permet d’être en meilleure santé, de vivre plus longtemps, de réduire les inflammations et d’autres maladies chroniques ; pourtant, beaucoup d’entre nous ont du mal à respecter les recommandations en matière d’activité physique. C’est parce qu’il n’est pas naturel de faire de l’exercice, explique le professeur Daniel Lieberman. Un grand chercheur en évolution de l’Université de Harvard. Dans cet article, nous avons voulu t’en dire plus sur son récent livre intitulé « Exercé – La science de l’activité physique, du repos et de la santé » (1).

Faire du sport tous les jours

Le sens du mot « exercice » est récent. Adapté du verbe latin exerceo (travailler, s’entraîner, pratiquer). Le mot est utilisé pour désigner le fait de s’entraîner pour sa santé et pour développer le corps par la répétition. Être « exercé » signifie aussi être dérangé, vexé ou inquiété par quelque chose (2). Il est intéressant de noter que, comme le concept moderne d’exercice pour la santé, les tapis de course sont des inventions récentes dont les origines n’ont rien à voir avec la santé et la forme physique ; ils ont été inventés pour la torture dans les prisons (3). Voici une photo prise à Londres montrant nos petites machines de torture !

faire du sport torture

Tapis de course de prison, 1895, Londres | Image Source : Wikimedia Commons

 

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande aujourd’hui aux adultes de pratiquer au moins 150 minutes d’activité physique modérée par semaine. Selon ANSES, aujourd’hui, seuls 5% des adultes ont une activité physique suffisante (4). Pour bien comprendre l’exercice, il faut étudier l’histoire naturelle de l’activité physique humaine et de l’inactivité.

Faire du sport tous les jours, c’était comment avant ?

Chasseurs-cueilleurs :

Si nous voulons vraiment connaître les habitudes d’exercice des humains sur le plan de l’évolution, il nous convient d’étudier les chasseurs-cueilleurs, en particulier ceux qui vivent en Afrique aride et tropicale. Le groupe le plus étudié est celui des Hadza, qui vit dans une région de forêts sèches et chaudes de Tanzanie, en Afrique.

Évidemment, les Hadza ne se reposaient pas sur des canapés, ne regardaient pas la télévision et ne mangeaient pas des malbouffe. Mais ils faisaient ce que tant d’experts de la santé nous conseillent d’éviter : rester assis. Ils ne se déplacent que pendant quelques heures pour trouver de la nourriture, puis le reste est du repos. Les chasseurs-cueilleurs travaillent beaucoup moins que nous et passent beaucoup plus de temps à pratiquer des activités sociales ! En moyenne, les femmes marchent huit kilomètres par jour et creusent pendant plusieurs heures, alors que les hommes marchent entre dix et quinze kilomètres par jour (5). Et lorsqu’ils ne sont pas très actifs, ils se reposent généralement ou font des travaux légers. D’autre part, leur activité normale quotidienne les rend de toute façon plus actifs que la moyenne des Européens.

En d’autres termes, les chasseurs-cueilleurs typiques sont à peu près aussi actifs physiquement que les Européens qui incluent environ une heure d’exercice dans leur routine quotidienne. Par ailleurs, la plupart des mammifères sauvages ont une activité physique près de deux fois supérieure à celle des chasseurs-cueilleurs (6). Dans la nature, nous sommes donc l’un des mammifères les moins actifs.

faire du sport evolution

Crédit photo : Freepik.com

 

L’Antiquité et le futur proche :

Avant que l’exercice ne soit de plus en plus médiatisé, commercialisé et industrialisé, des textes anciens comme l’Iliade, des peintures anciennes ou des gravures mésopotamiennes attestent que les sports aidaient les guerriers à se maintenir en forme et à améliorer leur compétence au combat. Cependant, tous les exercices du monde antique n’étaient pas liés au combat.

Des philosophes comme Platon, Socrate et Zénon de Citium prêchaient que pour vivre le mieux possible, il fallait exercer non seulement son esprit mais aussi son corps. En Inde, le yoga existe depuis des milliers d’années pour entraîner à la fois le corps et l’esprit.

On peut donc dire qu’à un moment donné, l’activité physique est devenue une partie importante de la vie de tout être humain.

Faire du sport tous les jours ; un point de vue évolutionniste :

En résumé, nous avons évolué pour être le plus inactif possible. Ou, pour être plus précis, notre corps a été sélectionné pour dépenser suffisamment mais pas trop d’énergie dans des fonctions non reproductives, y compris l’activité physique. En effet, lorsque l’énergie est difficile à trouver, comme c’était généralement le cas, toute activité physique inutile réduit la quantité d’énergie que l’on peut consacrer à la survie et à la reproduction. Aucun chasseur-cueilleur adulte raisonnable ne gaspille cinq cents calories en courant huit kilomètres juste pour s’amuser et pour faire du sport tous les jours.

Il y a aussi des hypothèses non prouvées scientifiquement qui vont un peu loin. Elles disent que nos gènes ont changé et que les « gènes économes » ont également fait l’objet d’une sélection afin de garantir une survie optimale en période de famine. C’est une autre raison, dans la société actuelle, pour laquelle nous pouvons facilement grossir alors que perdre du poids est plus difficile (7, 8, 9).

Mais il convient de dire que même si nos ancêtres préféraient économiser leur énergie, il est vrai que l’activité physique a considérablement diminué dans les sociétés actuelles. Dans le même temps, depuis que les machines ont commencé à remplacer les humains grâce aux technologies modernes, notre activité physique a encore plus diminué. Il existe un lien entre l’inactivité et certaines maladies chroniques.

La station assise est-elle une nouvelle forme de tabagisme ?

Des études estiment que le fait de rester assis plus de trois heures par jour est responsable de près de 4 % des décès dans le monde. Chaque heure passée en position assise est aussi néfaste que le bénéfice de vingt minutes d’exercice (10). Selon certaines estimations, remplacer une heure ou deux de position assise quotidienne par des activités légères comme la marche peut réduire les taux de mortalité de 20 à 40 % (11).

Le corps possède un nombre fini de cellules adipeuses qui se gonflent comme des ballons. Cependant, toutes les cellules adipeuses ne sont pas mauvaises. Elles ont aussi d’autres fonctions, notamment comme glandes qui produisent des hormones régulant l’appétit et la reproduction. Si nous stockons des quantités normales de graisse, elles restent de taille raisonnable et sans danger. En revanche, lorsque les cellules adipeuses deviennent trop grosses, elles deviennent dysfonctionnelles et déclenchent une inflammation qui peut être responsable de maladies chroniques (12).

Crédit photo : Fitsum Admasu sur Unsplash.com

Que faire ? Faire du sport tous les jours ou pas ?

En d’autres termes, le fait de bouger régulièrement, y compris en se levant de temps en temps, contribue à prévenir l’inflammation chronique en réduisant les taux de graisse et de sucre dans le sang. Le plus important en matière de sport, c’est qu’il soit durable. Tous les slogans tels que « No pain no gain » et « Just Do It » soulignent le côté douloureux du sport. Mais ils ne sont pas très intelligents et motivants pour la plupart d’entre nous !

Trouve le sport que tu aimes et qui te plaît, mange intelligemment avec GoodSesame et surtout écoute ton corps; se reposer fait autant partie de la vie que bouger !

Chez GoodSesame on te propose des menus sains, gourmands et respectueux de l’environnement, alors n’hésite pas à télécharger l’app !

Des repas sains et responsables ? Télécharge l'app GoodSesame !

La nutrition et les études & informations sont des thématiques qui t’intéressent ? Pourquoi ne pas jeter un œil à notre article « Obésite morbide et obésité : la science du cerveau »

Si l'envie te prend de rejoindre la discussion, viens nous dire hello sur Discord et sur nos groupes Facebook privés : Santé et Nutrition, Environnement, Cuisine et Éthique et bien-être animal.

Crédit photo de couverture : Austris Augusts provenant de Unsplash.com

Suis-nous

Retrouve-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter

Abonne-toi : 0% de spam et 100% de tendances !


Sources :
  1. Lieberman, Daniel. “Exercised : Why Something We Never Evolved to Do Is Healthy and Rewarding (9781524746995)”. Apple Books.
  2. “Oxford English Dictionary (2016).”
  3. Description of the Tread Mill. (s. d.). The British Library; The British Library. Consulté 13 juillet 2022, à l’adresse https://www.bl.uk/collection-items/description-of-the-tread-mill
  4. Manque d’activité physique et excès de sédentarité : Une priorité de santé publique. (2022, février 15). Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. https://www.anses.fr/fr/content/manque-d%E2%80%99activit%C3%A9-physique-et-exc%C3%A8s-de-s%C3%A9dentarit%C3%A9-une-priorit%C3%A9-de-sant%C3%A9-publique
  5. “Marlowe (2010), Hadza; Pontzer, H., et al. (2015), Energy expenditure and activity among Hadza hunter-gatherers, American Journal of Human Biology 27:628–37.”
  6. “Speakman, J. (1997), Factors influencing the daily energy expenditure of small mammals, Proceedings of the Nutrition ”
  7. Neel JV. 1962. Diabetes mellitus: a “thrifty” genotype rendered determined by progress? J. Hum. Genet. 14:353–63
  8. Prentice AM, Rayco-Solon P, Moore SE. 2005. Insights from the developing world: thrifty genotypes and thrifty phenotypes. Nutr. Soc. 64:153–61
  9. Ravussin E, Bogardus C. 2000. Energy balance and weight regulation: genetics vs environment. J. Nutr. 83(Suppl. 1):S17–20
  10. “Rezende, L. F., et al. (2016), All-cause mortality attributable to sitting time: Analysis of 54 countries worldwide, American Journal of Preventive Medicine 51:253–63; Matthews, C. E. (2015), Mortality benefits for replacing sitting time with different physical activities, Medicine and Science in Sports and Exercise 47:1833–40. For counterevidence, see Pulsford, R. M., et al. (2015), Associations of sitting behaviours with all-cause mortality over a 16-year follow-up: The Whitehall II study, International Journal of Epidemiology 44:1909–16.
  11. 4. Kulinski, J. P. (2014), Association between cardiorespiratory fitness and accelerometer-derived physical activity and sedentary time in the general population, Mayo Clinic Proceedings 89:1063–71; Matthews (2015), Mortality benefits for replacing sitting time with different physical activities.”
  12. Weisberg, S. P., et al. (2003), Obesity is associated with macrophage accumulation in adipose tissue, Journal of Clinical Investigation 112:1796–808.
Cet article t'a plu ? Parles-en autour de toi !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.