Dysbiose

par | 6 Mai 2022 | D, Glossaire | 0 commentaires

8 min de lecture

Le microbiote intestinal est un réseau de micro-organismes qui interagissent les uns avec les autres. De nombreuses études viennent confirmer qu’un microbiote diversifié et équilibré est indispensable à notre santé. Notre corps est composé d’une colonie de bactéries que l’on nomme, le microbiote. Une majorité de ces bactéries ont un effet positif sur la santé. Mais lorsque cette colonie bactérienne est déséquilibrée, cela peut entraîner une dysbiose. La dysbiose intestinale correspond à un déséquilibre des micro-organismes dans nos intestins. Quelles en sont les causes ? Comment se manifeste-t-elle ? Viens découvrir la dysbiose intestinale et ses symptômes.

La dysbiose intestinale, qu’est-ce que c’est ? 

Nous recensons plus de 400 espèces de bactéries dans nos intestins, ce qui signifie qu’il y a plus de bactéries dans notre tube digestif que de cellules dans notre corps. Chez un individu en bonne santé, la composition du microbiote intestinal est très variée. Nous retrouvons plus de souches bactériennes protectrices que de souches pathogènes. Seulement, lorsque les bactéries pathogènes deviennent plus nombreuses que les bactéries protectrices, la composition du microbiote est perturbée. Cela crée une inflammation intestinale qui peut endommager la muqueuse. 

La rupture de cet équilibre, appelée dysbiose, serait associée à de nombreuses pathologies ou troubles : diarrhées, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, cancers colorectaux, allergies. Sachant que 80 % de nos cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin, la dysbiose serait liée à une défense immunitaire affaiblie contre les pathologies.

La dysbiose de putréfaction

La dysbiose de putréfaction se présente au niveau du côlon gauche. Les symptômes ressentis sont principalement des ballonnements, des gaz, des selles malodorantes, une humeur irritable et des douleurs au niveau du côlon descendant. Cette dysbiose peut être due à un excès de consommation de protéines et de graisses animales, une sous-consommation de fibres alimentaires, un milieu trop acide causé par la prise de médicaments ou encore une insuffisance pancréatique.

Afin de rétablir cette flore intestinale, il est possible de mettre en place un rééquilibrage alimentaire en se supplémentant en fibres alimentaires, en prébiotiques et en probiotiques. Une prise en charge des insuffisances gastriques et pancréatiques peut aussi être proposée.  

La dysbiose de fermentation 

La dysbiose de fermentation se présente au niveau du côlon droit jusqu’au côlon transversal. Les symptômes ressentis sont des gaz, une altération du transit (avec une alternance diarrhée et constipation), des douleurs au niveau du côlon ascendant et des crampes abdominales. Cette dysbiose peut être due à une alimentation trop riche en sucres et en fibres ainsi qu’à une mauvaise digestion des glucides. 

Afin de rétablir cette flore intestinale, il est possible de mettre en place des mesures visant à consommer moins de sucres et de fibres tout en se supplémentant en probiotiques et en contrôlant ses intolérances alimentaires.

Quelles sont les causes susceptibles d’engendrer une dysbiose ? 

Une dysbiose provoquée par le stress physiologique et psychologique 

Tout d’abord, le stress est un facteur favorisant le déséquilibre du microbiote intestinal. Un stress sur le long terme peut entraîner un déséquilibre des bactéries immunitaires dans le microbiote intestinal, ce qui peut contribuer à affaiblir notre capacité de réponse immunitaire. Il existe actuellement des preuves scientifiques indiquant que les personnes soumises à un stress psychologique sont plus susceptibles de développer des infections que leurs homologues moins stressés [1]. 

Une dysbiose provoquée par des traitements antibiotiques

Selon un rapport publié par la Alternative Medicine Review sur les causes de déséquilibre microbiotique, les antibiotiques sont susceptibles de perturber le microbiote intestinal en diminuant la diversité des micro-organismes et en favorisant le développement de bactéries pathogènes. De plus, des antibiotiques à large spectre sont régulièrement utilisés. Seulement, ceux-ci n’ont pas la capacité de sélectionner les bonnes ou les mauvaises bactéries. En agissant, ils détruisent toutes les bactéries présentes, ce qui cause un déséquilibre.

Une dysbiose provoquée par une alimentation déséquilibrée

Notre microbiote intestinal se constitue au travers de notre alimentation. Ainsi, les régimes riches en protéines, en glucides ou en lipides peuvent avoir un impact négatif sur la santé de notre flore intestinale [2]. Ces aliments entraîneraient une fermentation dans le côlon, favorisant la production de bactéries pathogènes. D’autre part, un changement brutal d’alimentation (régime sans FODMAPS, végétarien, etc.) pourrait également entraîner un déséquilibre du microbiote intestinal. 

Une dysbiose provoquée par une césarienne

Un accouchement par voie basse permet au nourrisson d’acquérir les germes de la mère, ce qui n’est pas possible lors d’un accouchement par césarienne. Des études ont montré que les bébés accouchés par césarienne se retrouvent affaiblis face aux allergies et à l’obésité. De plus, actuellement, les nourrissons se retrouvent de moins en moins exposés aux infections. Pourtant, cet excès d’hygiène influe sur leur microbiote. Cela entraîne une réduction de la diversité de la flore intestinale du bébé.

La dysbiose intestinale et ses symptômes

Un déséquilibre du microbiote se manifeste presque toujours par des troubles intestinaux tels que des ballonnements, des flatulences ou encore un transit perturbé. Ces signes peuvent être ressentis après un repas, indépendamment des repas, ou de manière ciblée lorsque la personne consomme un type d’aliment en particulier. Un microbiote intestinal déséquilibré pourrait également avoir des impacts au-delà du système digestif. Une étude menée en 2014 [3], démontre qu’il existe une relation entre la composition de notre microbiote et le stress. Un déséquilibre du microbiote pourrait alors nous rendre plus sensible aux émotions ou au stress. Toutefois, les signes d’un microbiote déséquilibré peuvent varier d’un individu à un autre. 

La dysbiose intestinale et ses traitements

Dysbiose intestinale et alimentation 

L’alimentation joue un rôle clé dans la prévention et dans le traitement des dysbioses. Les bactéries qui résident dans notre système intestinal se nourrissant de ce que nous mangeons. La qualité, la quantité et la variété des aliments sont primordiaux pour ces espèces bactériennes. 

D’une manière générale, la santé du microbiote intestinale passe par une alimentation enrichie en végétaux, en fibres et en acides gras poly-insaturés (notamment les oméga-3 et -6 que nous retrouvons dans les huiles végétales, les oléagineux et les poissons gras). D’autre part, une consommation allégée en protéines animales, en graisses animales ainsi qu’en sucre peut contribuer à améliorer les symptômes de la dysbiose. Enfin, les aliments fermentés (kombucha, miso) et les produits laitiers (kéfir, yaourts, fromages) permettent quant à eux d’enrichir notre microbiote.

dysbiose intestinale symptome

Photo de Louis Hansel sur Unsplash

Il serait possible aujourd’hui de maîtriser les dysbioses par l’utilisation de méthodes naturelles comme les huiles essentielles, les plantes ou encore les probiotiques. Des études auraient confirmé leurs intérêts dans les cas de dysbioses [4][5][6].

Est-ce utile de consulter un professionnel de santé ? 

Nous savons que chaque changement peut être difficile à mettre en place seul. C’est pourquoi nous te conseillons d’être accompagné d’un réseau de professionnels de santé spécialisés pour te garantir une prise en charge optimale et globale. Un professionnel sera à même de te guider afin de prendre soin de ta flore intestinale. De plus, il pourra t’aider à visualiser la ou les causes de la dysbiose et ainsi t’aiguiller au mieux sur une prise en charge adaptée. 

 


Sources :

[1] Salleh M. R. (2008). Life event, stress and illness. The Malaysian journal of medical sciences : MJMS, 15(4), 9–18.

[2] Prados A, The gut microbiome’s influence on non-communicable diseases and behaviour: main findings of MyNewGut project. Gut Microbia For Health by ESNM. 2019 Février [consulté le 1 décembre 2020]. 

[3] Crumeyrolle-Arias M, Jaglin M, Bruneau A, Vancassel S, Cardona A, Daugé V, Naudon L, Rabot S. Absence of the gut microbiota enhances anxiety-like behavior and neuroendocrine response to acute stress in rats. Psychoneuroendocrinology. 2014 Apr;42:207-17. doi: 10.1016/j.psyneuen.2014.01.014. Epub 2014 Jan 31. PMID: 24636517.

[4] Hawrelak JA, Cattley T, Myers SP. Essential oils in the treatment of intestinal dysbiosis: A preliminary in vitro study. Altern Med Rev J Clin Ther. déc 2009;14(4):380‐4.

[5] Bundy R, Walker AF, Middleton RW, Booth J. Turmeric extract may improve irritable bowel syndrome symptomology in otherwise healthy adults: a pilot study. J Altern Complement Med N Y N. déc 2004;10(6):1015‐8.

[6] Chmielewska A, Szajewska H. Systematic review of randomised controlled trials: probiotics for functional constipation. World J Gastroenterol. 7 janv 2010;16(1):69‐75.

Retour au glossaire

Crédit photo de couverture : Žygimantas Dukauskas provenant de Unsplash

Cet article t'a plu ? Parles-en autour de toi !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.