Poisson sauvage ou poisson d’élevage ?

par | 3 Juin 2022 | Etudes & Informations, Nutrition | 0 commentaires

L’industrie du poisson est aujourd’hui devenue planétaire au même titre que l’industrie de la viande. Celle-ci soulève bon nombre de questions, ce poisson est-il toujours considéré comme étant un aliment santé par excellence ? En effet, le poisson était autrefois sauvage, et cela a bien changé. Plus de la moitié des poissons commercialisés aujourd’hui proviennent […]

13 min de lecture

L’industrie du poisson est aujourd’hui devenue planétaire au même titre que l’industrie de la viande. Celle-ci soulève bon nombre de questions, ce poisson est-il toujours considéré comme étant un aliment santé par excellence ? En effet, le poisson était autrefois sauvage, et cela a bien changé. Plus de la moitié des poissons commercialisés aujourd’hui proviennent de fermes d’élevages. Le poisson est à l’origine de nombreuses polémiques : poisson sauvage ou poisson d’élevage, que faut-il choisir ? Il est difficile pour les consommateurs d’y voir clair car certains industriels visent parfois à dissimuler certaines méthodes d’élevages pour répondre à la demande toujours grandissante des consommateurs. 

Les bienfaits santé du poisson 

Le PNNS (Programme National Nutrition Santé) recommande de consommer du poisson deux fois par semaine en alternant un poisson gras (saumon, thon, sardine, hareng qui apportent des acides gras essentiels comme les oméga-3) et un poisson maigre (bar, brochet, cabillaud, truite, sole) qui constitue une excellente source de protéines. 

Il faut savoir que plus le poisson est gras, plus il contient des matières grasses de type oméga-3 bénéfiques pour la santé. La composition du poisson varie d’une espèce et d’un individu à l’autre selon l’âge, le sexe, l’environnement et la saison. Celui-ci se présente comme étant notamment riche en lipides, en protéines, en acides gras, en acides aminés et en minéraux comme le phosphore, l’iode, le zinc, le cuivre, le sélénium et le fluor. Également, nous pouvons retrouver des apports intéressants en vitamines A, D, E et certaines du groupe B indispensables à la santé.  

Toutefois, les poissons peuvent aujourd’hui être contaminés par des polluants de l’environnement qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé.

poisson sauvage

Photo de Annie Spratt sur Unsplash

Les polémiques autour du poisson sauvage

Les méthodes de pêche ont bien évolué ces dernières décennies, passant du harpon au filet de pêche jusqu’à l’utilisation des chalutiers. Chaque minute, 5 millions de poissons sont pêchés dans le monde, dont 40% de prises « accidentelles » [1]. 

  • La pêche génère des prises accidentelles, c’est-à-dire la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues, les requins ou les dauphins. Durant une enquête, un navire de pêche au thon a avoué avoir abattu 45 dauphins dans l’unique but de capturer 8 thons [1].
  • Le poisson sauvage représente un risque de contamination aux polluants (métaux, produits chimiques (PCB, dioxines, pesticides)). Ces produits toxiques trouvent leur origine sur les continents notamment via les industries qui rejettent ces substances dans les fleuves et sont ainsi transmis aux petits poissons via les plantes océaniques. Presque tous les poissons finissent par être infectés par le cycle de la chaîne alimentaire. Toutefois, les poissons les plus touchés restent les poissons gras car les polluants se fixent sur la graisse du poisson.
  • Enfin, le poisson sauvage est victime de la surpêche. Nous parlons de surpêche lorsque nous pêchons plus que ce que la nature est capable de régénérer. Selon une étude de l’Institut Océanographique de Monaco, tous les stocks de poissons pourraient s’effondrer d’ici 2048 si aucune action majeure n’est menée.

Que penser du poisson d’élevage ? 

Investigations de certaines fermes d’élevages

Nicolas Daniel et Louis Deparberack sont deux journalistes qui, dans le but de mettre à jour les secrets des fermes d’élevages, ont fait l’investigation de plusieurs de ces fermes [2]Leur voyage a débuté au Vietnam où ils ont fait la rencontre de Mr MINH (propriétaire d’une ferme d’élevage de Panga). Le panga est un poisson couramment utilisé dans les cantines ou plats préparés de par son faible coût.

Ces poissons sont nourris à l’aide de croquettes visant à accélérer et multiplier par 10 la croissance du poisson. Ici, comme dans beaucoup d’élevages, les poissons sont entassés par milliers et tombent souvent malades. Ils sont donc soumis à des antibiotiques, des produits chimiques et des pesticides. Cependant, Mr MIN est bien conscient qu’il entre dans un cercle vicieux car les anticorps du poisson deviennent résistants aux antibiotiques. Il lui faut alors trouver des antibiotiques de plus en plus puissants, ce qui peut devenir néfaste pour la santé du consommateur.

Les deux journalistes se sont ensuite dirigés vers la Norvège qui est connue pour être un des plus grands pays éleveurs de saumon. Cependant, aucun éleveur n’accepte d’ouvrir les portes de leur ferme. Kurt Oddekalv (un ancien éleveur de saumon aujourd’hui membre de Green Warriors contre ces élevages) livre aux journalistes des vidéos révélant la destruction des fonds marins sous les élevages. Il révèle aussi que les exploitants de ces fermes utilisent parfois un pesticide connu pour ses effets neurotoxiques : le diflubenzuron. Cette substance serait suspecté d’être cancérigène [3].

poisson sauvage

Photo de Jeremy Cai sur Unsplash

Qu’en est-il de la santé humaine ? 

Jérôme Ruzzin (chercheur en toxicologie à l’université de Bergen) ne consomme plus de poissons d’élevages. Après avoir soumis des rats de laboratoire à un régime à base de saumon d’élevage, il a constaté que tous sont devenus obèses et diabétiques. Il a également constaté que le saumon d’élevage serait l’aliment le plus infecté par les polluants en tout genre en le comparant avec les aliments suivants : hamburger, lait, œufs, pommes, pommes de terre, morue. Pour Mr Ruzzin, les croquettes qui constituent la base de l’alimentation des saumons seraient en grande partie responsables de ces polluants. 

Par la suite, les deux journalistes ont décidé de visiter une industrie de production de ces fameuses croquettes. Celles-ci seraient composées d’anguille des sables (des petits poissons gras pêchés en Mer Baltique). Cette mer est considérée comme la plus polluée du monde due aux papeteries suédoises l’entourant. Elles sont aussi composées d’Ethoxyquine qui est un pesticide ayant comme action d’éviter l’oxydation et le rancissement des graisses. Aucune étude n’a été publiée sur les dangers de ce produit, seule une étude sérieuse a été réalisée en Norvège : la thèse de Victoria Bohne. 

Celle-ci confirme que ce produit serait capable de passer outre la barrière du cerveau ayant des répercussions problématiques sur la santé. Seulement, cette étude n’a jamais été publiée avec pour raison officielle : que celle-ci ait démissionné. Par ailleurs, des rumeurs indiquent que mme Bohne aurait subi des pressions pour quitter son travail dans le but de minimiser l’importance de ses conclusions.

Qu’en est-il de l’environnement ? 

Les élevages intensifs sont d’importantes sources de pollution. Un élevage type de 200 000 saumons produit la même quantité de matières fécales qu’une ville de 62 000 habitants (Greenpeace, 2008). Les élevages aquacoles constituent une menace pour la faune sauvage. En effet, les animaux qui s’échappent des enclos propagent les maladies contractées dans les élevages à leurs congénères sauvages. Par exemple, en 2017, plus de 260.000 saumons de l’Atlantique se sont échappés de leur enclos. Les filets surchargés se sont effondrés et les poissons se sont échappés. De plus, les parasites qui pullulent dans les élevages finissent eux aussi par atteindre les poissons sauvages. 

poisson sauvage

Photo de jean wimmerlin sur Unsplash

Certaines associations, comme Bloom dénoncent depuis des années, le recours à la pêche minotière qui capture les poissons situés en bas de la chaîne alimentaire (sardines ou anchois) pour les réduire en farine et en huile dans le but d’alimenter les poissons d’élevages. Pour produire 1 kg de poisson d’élevage, nous avons besoin de 5 kg de poisson sauvage ce qui est contre-productif. Les impacts environnementaux sont importants, mais leur ampleur est difficile à mettre en évidence. Mais alors, quel poisson privilégier ? 

Quelles sont les perspectives d’avenir ? 

De nouveaux élevages biologiques ont vu le jour. Les journalistes ont décidé d’aller à la rencontre d’une de ces fermes aquacoles dans la ville de Canne. Une ferme aquacole en pleine mer est un ensemble de filets flottant, ouverts à la surface et qui sont fixés sur le fond avec un système d’ancres. Cette ferme qui élève de la daurade royale et du bar est affiliée à la norme Agriculture Biologique. Elle est par conséquent soumise à des règles strictes concernant l’alimentation et le nombre de poissons élevés. Aucune hormone de croissance ne peut être utilisée pour faire grossir les poissons et aucun antibiotique n’est ajouté à la nourriture (sauf cas majeur).

Pour obtenir le Label « AB » :

  • Les poissons doivent être maintenus en parfaite santé. 
  • Le choix des souches doit être adapté aux conditions de leur milieu.
  • Le bien-être animal doit être respecté.
  • L’alimentation doit être conforme aux besoins physiologiques.

 

D’autres méthodes ont vu le jour comme l’élevage en circuit fermé. Les industriels de la filière aquacole du Danemark ont mis au point des fermes pilotes. Ces fermes intègrent des systèmes de traitement de l’eau tout en réduisant au maximum la consommation de cette dernière. Il s’agit de fournir aux poissons un aliment adapté, de maintenir un niveau d’oxygène optimum, d’éliminer du milieu les produits issus de son métabolisme (urine, fèces, aliments non ingérés…) et d’empêcher autant que faire se peut le développement de pathologies. 

Plusieurs avantages majeurs sont à noter :

  • Faible besoin en eau
  • Impact mineur sur l’environnement 
  • Pas d’antibiotiques utilisés ou très peu

 

Malgré tout, on note plusieurs inconvénients :

  • Consommation énergétique importante
  • Coût onéreux des installations

Le label de pêche MSC remis en cause, pourquoi ? 

Trois principes stricts doivent être respectés pour qu’une pêcherie soit certifiée “MSC” : 

  • La quantité de poissons pêchés ne doit pas mettre en péril la pérennité des populations.
  • La structure, la productivité et la diversité de l’écosystème doivent être maintenues.
  • Enfin la pêcherie doit respecter la législation en vigueur.

L’enquête de BLOOM a analysé toutes les pêcheries certifiées MSC. Les dirigeants de MSC avaient déclaré que leur label donnait la garantie qu’aucune méthode destructrice n’était autorisée. Pourtant, l’étude démontre que ce label certifie en fait principalement des pêcheries industrielles.

Ainsi, les méthodes de pêche les plus destructrices représentent 83% des captures certifiées entre 2009 et 2017. En fait, les techniques de pêche empêchant la certification MSC sont les pêches à l’explosif et au poison. Des critères assez laxistes qui se couplent à des conflits d’intérêt. En effet, le cabinet gagne de l’argent en décernant le plus de certifications possibles.

Poisson sauvage ou poisson d’élevage : Comment bien choisir son poisson ?

La consommation de poisson sauvage tout comme celle de poisson d’élevage comporte des avantages et des inconvénients. À nous consommateurs de nous adapter en privilégiant la qualité pour améliorer notre santé et celle de notre planète. Nous pouvons tendre vers la réduction de la consommation de poisson qui peut facilement être substitué par d’autres aliments. On ne note en revanche aucune utilité à remplacer le poisson par de la viande car celle-ci contribue à la surpêche. En effet, 20% du poisson pêché mondialement sert à nourrir le poisson d’élevage, le bétail et les animaux domestiques.

Si tu optes pour un poisson sauvage :

  • Vérifie le lieu de pêche (en évitant les poissons en provenance de la Mer Baltique).
  • Favorise les petits poissons (sardines, harengs, maquereaux..) qui sont moins riches en métaux.
  • Favorise la pêche durable et locale en vérifiant les labels :

Pêche durable : des labels et des actes 4Pêche artisanale garantie : Créé en 2013, ce label international vise à soutenir les pêcheries artisanales à travers le monde par la valorisation de leurs poissons dans les supermarchés et les restaurants. Il concerne les bateaux de moins de 14 mètres.

 

Si tu optes pour un poisson d’élevage :

  • Vérifie le lieu de production (en évitant les poissons en provenance de la Chine ou encore du Vietnam).
  • Favorise les élevages biologiques.
  • Vérifie les labels :

ASC : label créé en 2010 pour les poissons issus de l’élevage. Pêche durable : des labels et des actes 5Il garantit que le poisson a été élevé dans le respect de l’environnement. Le label interdit que les poissons d’élevage proviennent d’espaces protégés et impose l’élevage d’espèces locales.

 

Et surtout, pense à varier et à alterner les provenances. 

Comment choisir son poisson sur l’étalage ?

Pense à vérifier la fraîcheur du poisson. Attention : un poisson qui a été recouvert de glace avec la tête qui dépasse n’est peut-être pas le plus frais de l’étal.

  • Vérifie l’odeur qui doit être fraîche et rappelant la marée. Elle ne doit être ni ammoniacale ni désagréable.
  • Vérifie les yeux qui doivent rester brillants, bien remplir l’orbite et non coulants. 
  • Les branchies doivent être brillantes, d’une coloration rouge ou rose, sombre pour le hareng et le maquereau.
  • Vérifie que les ouïes sont bien d’une couleur rouge foncé.
  • Ensuite, la peau doit être brillante et les écailles adhérentes.
  • Concernant les filets, vérifie que la chair n’est pas jaunie. Cela peut-être le signe d’une chair en train de pourrir.
  • Enfin, pour les crustacés, vérifie que les coques soient bien fermées. Après la cuisson, si elle est toujours fermée, ne la consomme pas.

Il est aujourd’hui primordial de passer par l’éducation des consommateurs. Mieux vaut consommer occasionnellement un produit de qualité plutôt qu’un produit disponible tous les jours mais qui est pollué. Pense à privilégier la qualité plutôt que la quantité.

 

Chez GoodSesame on te propose des menus sains, gourmands et respectueux de l’environnement, alors n’hésite pas à télécharger l’app !

Des repas sains et responsables ? Télécharge l'app GoodSesame !

Pour conclure, cet article sur poisson sauvage ou poisson d’élevage t’a plu ? Pour en découvrir davantage sur le sujet, viens lire cet article : Journée mondiale des espèces menacées

Si l'envie te prend de rejoindre la discussion, viens nous dire hello sur Discord et sur nos groupes Facebook privés : Santé et Nutrition, Environnement, Cuisine et Éthique et bien-être animal.


Sources :

[1] SEASPIRACY | Netflix | OFFICIAL WEBSITE. https://www.seaspiracy.org

[2] Poisson : élevage en eaux troubles. Film documentaire réalisé en 2013 par les journalistes français Nicolas Daniel et Louis de Barbeyrac.

[3] Kurt Oddekalv, Jon Bakke, Snorre Sletvold, Roald Dahl, Sondre Båtstrand et Øystein Bønes, « Report on the Environmental Impact of farming of North Atlantic Salmon in Norway » [archive], Green Warriors of Norway (Norges Miljøvernforbund),

 

Crédit photo de couverture : Sebastian Pena Lambarri  provenant de Unsplash

 

Suis-nous

Retrouve-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter

Abonne-toi : 0% de spam et 100% de tendances !

Cet article t'a plu ? Parles-en autour de toi !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.