Recettes pour côlon irritable

par | 12 Avr 2022 | Recettes | 0 commentaires

Souffres-tu du syndrome du côlon irritable ? Ou connais-tu des personnes ayant été diagnostiquées ? Le syndrome du côlon irritable concernait en 2018, 5 à 10 % de la population française [1]. Il représente plus de femmes que d’hommes et peut se déclarer à tous les âges. Toutefois, cette maladie se rencontre le plus souvent chez […]

6 min de lecture

Souffres-tu du syndrome du côlon irritable ? Ou connais-tu des personnes ayant été diagnostiquées ? Le syndrome du côlon irritable concernait en 2018, 5 à 10 % de la population française [1]. Il représente plus de femmes que d’hommes et peut se déclarer à tous les âges. Toutefois, cette maladie se rencontre le plus souvent chez les jeunes adultes [2]. Pour t’aider à te sentir mieux au quotidien, nous allons te rappeler les caractéristiques de cette pathologie et te donner nos idées de recettes et menus pour côlon irritable !

Qu’est ce que le syndrome du côlon irritable ? 

La colopathie fonctionnelle ou également appelée le syndrome du côlon irritable est un trouble fonctionnel du côlon. Cela se manifeste par des douleurs abdominales et des troubles du transit : constipation et/ou diarrhées associées à des ballonnements. Le côlon, appelé également « gros intestin » se situe entre l’intestin grêle et le rectum. Il permet la digestion des aliments dans l’intestin grêle et participe à la formation et à l’évacuation des selles. Le côlon irritable représente l’affection gastro-intestinale la plus fréquemment diagnostiquée dans les cliniques de gastro-entérologie [3]. 

Quels sont les symptômes associés ? 

Les symptômes sont difficilement interprétables puisqu’ils sont relativement communs et peuvent être ressentis occasionnellement par tous. Cependant, le comportement chronique de la colopathie fonctionnelle peut permettre de proposer des critères diagnostiques basés sur la fréquence et la durée des symptômes. La douleur représente le premier motif de consultation chez les patients. Le deuxième motif représenté par le ballonnement abdominal peut rendre pénible le port d’un vêtement serré, après le repas. Enfin, les troubles transitoires sont fréquents et surtout représentés par une constipation.

Photo de cottonbro provenant de Pexels

Quelles en sont les conséquences ? 

La colopathie fonctionnelle peut causer d’autres troubles gastro-intestinaux tels que le reflux gastro-œsophagien qui est selon une méta-analyse, quatre fois plus élevée chez les patients souffrants de colopathie que chez ceux sans colopathie [4]. Une deuxième méta-analyse a montré une prévalence de maladie cœliaque quatre fois plus élevée chez les patients atteints de colopathie que chez les sujets sains [5].

Le candida albican (levure présente dans notre flore intestinale) peut jouer un rôle important sur la perméabilité intestinale et donc sur le côlon irritableLa dysbiose intestinale (un déséquilibre de notre microbiote) créé par le candida peut conduire l’intestin à ne plus filtrer les déchets et toxines correctementLintestin va alors laisser passer de nombreuses toxines jusquau foie qui vont remonter au niveau des nerfs. Des symptômes neurologiques peuvent alors apparaître.

La colopathie peut également engendrer des symptômes à long terme perturbés par la prise alimentaire et donc perturber la vie quotidienne et les activités de tout un chacun. Le stress joue lui aussi un rôle sur la survenue des crises. 

Aujourd’hui, ce syndrome n’est encore que peu reconnu. De nombreux patients souffrent en silence. Pourtant, l’alimentation pourrait avoir un rôle à jouer sur la réduction des symptômes.

Que faut-il manger lorsque l’on souffre du côlon irritable ? 

Le traitement repose sur la diminution des symptômes. Le but premier étant d’aider l’organisme à réguler son transit intestinal.

Tout d’abord, il est conseillé de privilégier des aliments simples à digérer tels que les fibres solublesLes symptômes tels que la constipation ou les ballonnements peuvent être réduits par un apport en fibres. Mais ce n’est pas si simple car la consommation de fibres insolubles peut aggraver les symptômes. En effet, chaque personne possède une capacité de digestion différente d’une autre. Pour cela, nous conseillons dans un premier temps d’adopter des apports progressifs en fibres puis de veiller à les répartir de manière équitable sur la journée. 

Recettes spéciales colopathie

Photo de Susan Wilkinson sur Unsplash

Ensuite, les probiotiques peuvent constituer une piste intéressante à suivre dans le cadre d’une colopathie fonctionnelle. Ces micro-organismes qui constituent le microbiote ont un rôle à jouer sur la diminution des symptômes associés à la colopathie. En revanche, la durée de ce bénéfice et les souches les plus efficaces ne sont pas prouvé pour le moment [6]Nous retrouvons les probiotiques dans les aliments tels que les grains de kéfir fermentés, les yaourts fermentés, les algues, la spiruline, le kombucha, la choucroute, le miso ou encore la levure de bière. 

De plus, les aliments riches en Fodmaps (glucides fermentescibles) peuvent eux, contribuer à provoquer des diarrhées ou des flatulences [7]. Une diminution de ces aliments peut conduire à une réduction des douleurs abdominales mais leurs effets à long terme ne sont pas démontrés.

 

Enfin, nous conseillons de réduire la consommation de certaines catégories d’aliments dans le but de prévenir la survenue de symptômes et de crises associées. En priorité, les aliments riches en gluten qui peuvent parfois causer des désagréments sur les intestins de personnes sensibles. Quant aux produits laitiers et transformés, nous conseillons d’en réduire les apports dans le but d’éviter un excès de lactose ou d’additifs alimentaires parfois délétères en cas de fragilité intestinale.

Recettes et menus pour côlon irritable

Voici quelques idées de recettes pour côlon irritable qui peuvent t’intéresser :

 

Chez GoodSesame on te propose des menus sains, gourmands et respectueux de l’environnement, alors n’hésite pas à télécharger l’app !

Des repas sains et responsables ? Télécharge l'app GoodSesame !

Ces recettes et menus pour côlon irritable t’ont plu ? Pour aller plus loin sur le sujet, n’hésite pas à jeter un œil à cet article : Comment vivre en meilleure santé : améliorer son microbiote ?

Si l'envie te prend de rejoindre la discussion, viens nous dire hello sur Discord et sur nos groupes Facebook privés : Santé et Nutrition, Environnement, Cuisine et Éthique et bien-être animal.


Sources :

  1. Torres MJ, Sabate J-M, Bouchoucha M, Buscail C, Hercberg S, Julia C. Food consumption and dietary intakes in 36,448 adults and their association with irritable bowel syndrome: Nutrinet-Santé study. Ther Adv Gastroenterol. 2018;11:1756283X17746625.
  2. Jean-Marc Sabaté, Syndrome de l’intestin irritable, Bobigny
  3. Rosa LS Soares, Irritable bowel syndrome: A clinical review Internal Medicine Department, Faculty of Medicine, Federal Fluminense University, Rio de Janeiro 24030-210, Brazil
  4. Lovell RM, Ford AC. Prevalence of gastro-esophageal reflux-type symptoms in individuals with irritable bowel syndrome in the community: a meta-analysis. Am J Gastroenterol 2012;107:1793– 801; quiz 1802.
  5. Ford AC, Chey WD, Talley NJ, Malhotra A, Spiegel BMR, Moayyedi P. Yield of diagnostic tests for celiac disease in individuals with symptoms suggestive of irritable bowel syndrome: systematic review and meta-analysis. Arch Intern Med 2009;169:651–8.
  6. Moayyedi P, Ford AC, Talley NJ, Cremonini F, Foxx-Orenstein AE, Brandt LJ, et al. The efficacy of probiotics in the treatment of irritable bowel syndrome: a systematic review. Gut 2010;59:325– 32.
  7. Vanuytsel T, Tack JF, Boeckxstaens GE. Treatment of abdominal pain in irritable bowel syndrome. J Gastroenterol 2014;49:1193–205.

 

Crédit photo de couverture : Debby Hudson provenant de Unsplash

 

Suis-nous

Retrouve-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter

Abonne-toi : 0% de spam et 100% de tendances !

Cet article t'a plu ? Parles-en autour de toi !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.